Pourquoi le temps de cycle peut-il en dire plus que la vélocité ?

[((/dotclear/public/logos/.crisp-logo_sq.jpg|Crisp.se|L|Crisp.se))|/dotclear/public/logos/crisp-logo.jpg]Je suis tombé sur un billet très intéressant sur le blog de ++[Crisp|http://blog.crisp.se/|en]++ : ++[« Why cycle time can tell you more than velocity »|http://blog.crisp.se/mattiasskarin/2009/09/06/1252262279228.html|en]++ de Mattias Skarin. Je l’ai traduit en français.%%% > Jetez un coup d’œil à cette courbe et dites-nous si tout va bien ? > > ((/dotclear/public/tc_team_velocity.png|Team velocity||Team velocity))%%% >  »Vélocité d’une super-équipe. Les nombre sont des semaines, les couleurs représentent différents types de tâches. » > > C’est assez dur … Il y a trop de variables qui peuvent fausser nos données. Avons-nous un problème avec nos estimations ? Ou l’homme / jours disponible est-il fluctuant ? Comment pouvons-nous le savoir ? > > Ce problème s’accentue si nous essayons de planifier des livraisons. Si l’on réussit tout de même à sortir un planning sur la base de cette vélocité, à quel niveau de prédictibilité peut-on s’attendre? > > Essayons de comprendre ce qui est en jeu pour améliorer la prédictibilité des versions. > > C’est en soi-même toute une aventure pour sûr 🙂 > > Regardons de plus près le problème : de quoi dépend la vélocité ? > > Essayons d’isoler certains facteurs :%%% > 1. l’Estimation (la difficulté à percevoir ce qui va être)%%% > 2. la Quantité de travail en cours (combien de choses à réaliser)%%% > 3. le Dimensionnement de l’Équipe (combien de personnes)%%% > 4. le Temps qu’il faut pour réaliser le plus petit fragment.%%% > > Il pourrait être possible en utilisant l’analyse statistique de dire lequel de ces facteurs a le plus d’impact. Mais cela n’entre pas dans l’objet de cet article. > > Je vais argumenter sur le fait qu’une forte variabilité de l’un de ces facteurs peut masquer la vision de nos réelles capacités. Pour ce faire, supposons un instant que nous n’avons que deux facteurs, l’Estimation et le Temps nécessaires pour mettre en œuvre le plus petit fragment (que nous appellerons notre capacité à livrer). > > [((/dotclear/public/./.tc_estimationdeliveryprocess_m.jpg|Estimation delivery process||Estimation delivery process))|/dotclear/public/tc_estimationdeliveryprocess.png] > > Ces courbes visent à démontrer visuellement comment la variance d’une série de stories s’ajoute à la vélocité. Les formules mathématiques montrent comment la variance est calculée pour une somme de deux variables. > > Il est donc possible que la variance de l’Estimation masque la variance de la Vélocité même si la capacité réelle à livrer est stable. > > Comment pouvons-nous alors vérifier notre processus de livraison (notre capacité réelle à livrer) ? Nous pouvons utiliser le temps de cycle. Le temps de cycle est moins influencé que la vélocité par les facteurs mentionnés ci-dessus. Bien sûr, il a une dépendance à la complexité (autrement dit, la taille de la story), mais même cela peut être traité en répartissant les stories dans les bonnes catégories. > > Pour une équipe de développement, la meilleure façon de mesurer le temps de cycle est de mesurer le temps de cycle entre le moment où une story est « En cours » (WIP) et le moment où elle est « Terminé » (Done). > > Et maintenant, nous pouvons faire le distinguo : > > ((/dotclear/public/tc_deliveryprocessintrouble.png|Delivery process in trouble||Delivery process in trouble)) > > Instable …. aucun espoir de s’engager sur des dates de livraison… > > ((/dotclear/public/tc_deliveryprocessisstable.png|Delivery process is stable||Delivery process is stable)) > > Ah, il y a un espoir… > > ((/dotclear/public/tc_velocityhowdoweknow.png|Velocity how do we know||Velocity how do we know)) > > Et…%%% > – Si le processus de livraison est stable%%% > – Si la variance des autres facteurs l’est également%%% > > … nous devrions être capables de faire de bonnes prévisions 🙂 C’est plus difficile qu’il n’y paraît… Pour cela nous avons besoin de comprendre et maîtriser au minimum la variance de l’Estimation. Mais même si nous ne pouvons pas la contrôler, il y a certaines actions que nous pouvons faire pour limiter la variance. J’espère revenir sur ce point dans un prochain billet 🙂 > > Résumons ce que nous avons appris :%%% > – La vélocité est souvent faussée et ne peut fournir d’informations pertinentes%%% > – Nous avons besoin d’autres moyens pour mieux déterminer notre capacité à livrer%%% > – Le Temps de cycle constitue l’un de ces moyens.%%%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *