Agile France 2012 – Portfolio Agile

Le sujet Gestion de Portefeuille Agile me tient à coeur, j’en ai parlé lors de l’Agile Tour Rennes, l’Agile Tour Rouen et l’Agile Grenoble 2011. Une fois de plus, je peux dire que c’est Claude Aubry qui m’a mis le pied à l’étrier, donc merci Claude. La gestion de portefeuille n’est pas une nouvelle pratique, l’organisation a toujours souhaité « aligner » ses projets d’un point de vue stratégique et budgétaire, mais on peut dire que l’Agilité est venu lui redonner ses lettres de noblesse : travailler sur son portefeuille, se donner une vision stratégique, construire une roadmap de transformation de son SI, alimenter ses équipes agiles, générer de la valeur métier, finir ses projets (si si, j’insiste), mesurer l’amélioration du retour sur investissement, … c’est une chose de s’y intéresser (cf. wiki) et de l’expérimenter lorsqu’on est consultant, c’en est une autre de le vivre au quotidien, en tant que membre d’une organisation dans laquelle il faut déployer des trésors d’ingéniosité sur le terrain et faire preuve en permanence d’une énergie incroyable pour donner de la visibilité (transparence) et s’améliorer (inspect & adapt). C’est donc pour cela que je suis allé écouter Caroline puis Julien.
Caroline Damour-Nobi (@Carolilo01) est à la tête d’une équipe de Product Owners chez Vidal. Elle a animé la session Portfolio agile : de la visibilité au pilotage. Caroline, c’est la tête dans les nuages, les pieds dans la poussière… autrement dit, une grande ambition pour la réussite de son entreprise et un combat quotidien et pragmatique, tout ne se fera pas en un jour 🙂 Caroline nous a présenté le parcours de son entreprise : premier projet agile en 2006, création de l’équipe PO en 2008 et missions MOA Agile et Portfolio en 2011 ; à savoir cartographier, être agile avec les métiers et prendre des décisions ensemble avec une vision d’ensemble. Choisir les bons projets c’est choisir les projets que l’on ne fera pas. Savoir décider tout en restant économique et rapide. Le tout avec un effort visuel qui m’a rappelé le jeu The Big Payoff d’Alexandre Boutin à Agile Games France. C’est super intéressant, bravo Caroline ! 

Visualisez d’autres présentations de Caroline Damour-Nobi.

Julien Rayneau (@julienrayneau) est Directeur des développements chez Figaro Classifieds. Il a animé la session Retour d’expérience Portfolio. Son slogan est de ne pas uniquement se préoccuper de « faire les choses bien » mais aussi de « faire les bonnes choses ». Je crois que le message est clair, on est en plein coeur de l’agilité : se poser la question obsessionnelle de savoir pourquoi on décide de commencer un projet plutôt qu’un autre et de maximiser la valeur métier au plus haut niveau de l’organisation. Comme il le dit si bien avec humour : « J’ai décidé de mettre au travail ma Direction Métier », « On est mauvais et lent… il faut bien choisir les projets ». Sa présentation était très axée « from idea to cash » en partant du document de cadrage de l’idée (avant-projet) jusqu’à l’analyse du ROI (après mise en production)… tout ça avec simplicité et humilité. J’ai envie de le revoir dans 6 mois pour connaître le prochain épisode 🙂   

Agile France 2012 – La phase exploratoire

Je suis allé voir Aurélien Morvant (@aurelienmorvant), coach agile chez IT&L@bs (OBS), qui animait la session ‘La phase exploratoire, élément facilitateur dans la réussite d’un projet Agile’. Aurélien a bien mis en avant l’adage  « Rien ne sert de courir, il faut partir à point », autrement dit, inutile de se ruer dans les premières itérations de production si rien n’est prêt… il faut poser un minimum les choses. Tout y est passé, l’organisation, l’équipe, le périmètre fonctionnel, le domaine technique et le planning de livraison, avec de nombreux conseils pour mener cette phase qu’on peut appeler itération ou sprint zéro. 

Et évidemment les questions qui nous taraudent ont émergé : comment dimensionner, donc budgéter cette phase ? est-ce que l’équipe de développement fait déjà partie de cette phase ? peut-on mener cette phase sous la forme d’un mini-projet agile ?
Aurélien a mis à disposition le support de sa présentation sous dropbox :

Agile France 2012 – Le Combat des chefs

La première journée de la conférence Agile France 2012 a débuté avec la keynote de Laurent Bossavit (@morendil) et Alexandre Boutin (@agilex), ou devrais-je dire Testotomatix et Bougetépostix, irréductibles gaulois dont le petit mais vaillant village résiste à des forces menaçantes : Cycleenvéum, Cascadum, Controlcalitum, Itilum, … Laurent et Alex ont illustré avec beaucoup d’humour les débats/discussions qui ont cours sur l’agilité entre agilistes, à savoir que l’on retombe assez vite dans des guéguerres internes où resurgit parfois un dogmatisme paradoxal : Farpaitement, machin a raison ! Mais ça ne nous empêche pas de finalement nous retrouver et festoyer ensemble. La morale de l’histoire : il faut rester critique, surtout dans un domaine qui est tout sauf stable, qui change encore, l’agilité est en constante évolution, c’est certifié 🙂 C’est fin, ça se mange sans faim.

Personnellement, c’est lorsque je suis avec enthousiasme ces petites passes d’armes sur twitter (notamment), que j’en apprends le plus, car les idées fondamentales ressortent à coup de massue de 140 caractères 🙂

Au fait, Alex a publié le texte intégral de la keynote : cliquez ici

Agile France 2012 – Scrum aux frontières de la psychologie sociale

J’ai choisi de (bien) finir ma deuxième journée avec Thierry Montulé (@siamha), qui a profité du temps exceptionnel pour animer sa session à l’ombre des arbres du parc. J’avais rencontré Thierry en mai, lors de l’Agile Games à Nantes, et j’avais trouvé intéressant sa prise de recul par rapport aux processus agiles. Je n’ai pas été déçu. Thierry nous a fait une analyse de Scrum par rapport à la notion d’Engagement. Son objectif était clairement d’entrer en collision avec les représentations mentales de chacun des participants, à savoir que le voilier agile semble très séduisant avec ses voiles et ses drapeaux parés de belles valeurs… mais quelles sont les forces sous-jacentes réellement à l’oeuvre ? 
La fin de la journée et le paysage environnant aurait probablement dû nous inviter à laisser flotter nos esprits, mais Thierry a instauré une forte interactivité avec le groupe et nous a (dé-)montré comment Scrum réussissait très bien à constamment aligner – de façon  subconsciente – les équipiers sur un objectif. Thierry nous a progressivement amené à prendre conscience des « technologies comportementales périphériques » en jeu (champ de la psychologie sociale) et à identifier les différents facteurs individuels qui créent de l’engagement… autrement dit, Scrum fabrique de l’engagement… pour évoquer deux points qui m’ont fait frissonner : 
  • Etre engagé par un processus, c’est s’engager à faire. Mais être engagé, ce n’est pas s’engager, sous-entendu avec son libre-arbitre. 
  • L’engagement repose sur la liberté. Ne surestimez pas votre liberté en entreprise.

… et de finir sur cette invitation à prendre position sur le sujet : prenez bien conscience des outils que vous allez utiliser avant d’envisager de naviguer sur le voilier agile et d’injecter un changement humain au sein d’une organisation.
Ça m’a rappelé la question obsédante d’une autre Thierry : quelle est l’intention du coach ? 

Agile France 2012 – Sweet Rupture

Je suis allé voir Laurent Sarrazin (@bangalaurent) et Sylvaine Pascual (@sylvainepascual) pour la saison 3 de Sweet Rupture.

Tel Ulysse, Laurent nous dévoile ses aventures successives, les obstacles qu’il franchit dans un parcours initiatique qui va bien au-delà de l’agilité. Ce qu’il a la possibilité de mettre en oeuvre au sein du centre agile de sa société (service informatique ITEC de la banque d’investissement SGCIB de la Société Générale) est tout bonnement incroyable. J’ai évoqué l’Odyssée d’Homère, mais ce serait plutôt l’Odyssée de l’Espace : j’ai l’impression de voir soudain apparaître le célèbre monolithe noir dans mon maigre pré agile. C’est tellement dense qu’il y a un côté insondable… qui appelle au minimum à la curiosité. C’est tellement innovant qu’il y a un côté inspirateur… qui appelle au voyage : modèle de croissance G.R.O.W. de Sir John Whitmore, Leadership tribal de Dave Logan, Safaris d’équipes de Jean-Claude Grosjean, … c’est passionnant, il va me falloir du temps pour tout explorer… le temps du voyage.

Ce voyage nous ramène à Ithaque avec Sylvaine, qui coache les odyssées professionnelles, et qui nous invite à faire le plein de vitamines mentales, ces particules de plaisir… pour nous (re)motiver, en faisant appel à notre capacité d’émerveillement.
Vivement la saison 4 ! sans doute à Agile Grenoble, le jeudi 8 novembre :o)

Visualisez d’autres présentations de Laurent Sarrazin.

Formation Plan d’Action avec Lan Levy chez CoActiv

J’ai tout récemment suivi la formation « Techniques de Participation Avancée (ToP) : Construire un plan d’action avec un groupe » animée par Lan Levy sur deux journées. Cela se passait dans le cadre du nouveau pôle CoActiv, qui est la marque Agile/Lean de CLT-Services. En fait, lors du dernier Scrum Day fin mars, CLT-Servives avait officiellement lancé CoActiv et organisé à l’occasion un concours sur les meilleures questions tweetées concernant l’agilité… j’étais parmi les gagnants… et j’ai eu la gratuité sur l’une de leurs formations au choix dans le catalogue !

Mais avant de vous parler de la formation, je souhaiterais vous présenter Lan. J’ai rencontré Lan Levy lors de l’Agile Tour Rouen 2011, elle y animait l’atelier « Une conversation structurée »… et déjà à l’époque, elle m’avait tapé dans l’oeil :o) Lan est facilitatrice, et oui, c’est un vrai métier, enfin c’est ce que j’ai découvert… Lan « incarne » carrément la posture du facilitateur, c’est ce qui donne d’ailleurs une fausse apparence de facilité aux techniques qu’elle emploie… tout ça dans un voile de douceur et de calme… la force tranquille quoi, avec en prime un beau sourire ! Une grande leçon d’humilité pour moi.

A partir de là, je savais que j’irai de surprise en surprise pendant cette formation. Et j’ai été gâté ! D’abord, j’étais dans un groupe de quatre… l’intimité c’est important pour moi… vous savez quand vous participez à une formation ou un atelier – que ce soit en coaching ou en facilitation – vous faites forcément ressortir vos zones d’ombre… dans ces moments-là, j’ai besoin d’être en confiance… je suis foutu comme ça… confiance et bienveillance, que j’ai « reçues » de la part de Noëlle (twittos ?), Alexandre (@hynkuel) et Damien (@munierdamien). Merci !

A propos, l’objectif de la formation était de faciliter une session « Plan d’action » permettant à une équipe de définir les différentes actions et activités à entreprendre dans le cadre d’un projet, quel qu’il soit… Lan a déployé sa panoplie de facilitatrice à notre plus grand plaisir. Le lendemain a été entièrement consacré à une simulation, où chacun d’entre nous a joué le rôle de facilitateur sur les différentes étapes de la démarche : zéro slide, icebreakers, management visuel (super le Sticky Wall !), binômage, étude de cas, … c’est passé à une vitesse… allez-y, vous verrez bien ! cliquez ici

Scrum Night II chez Google

Rappelez-vous, j’étais intervenu lors de la Scrum Night I chez Valtech avec les compagnons agiles de la Sky Team en décembre dernier. Le fait d’être en formation sur Paris avec Lan Levy (@lanlevy, billet rétro à venir), de participer à la Conférence Agile France (demain) et d’avoir un petit coup de pouce du destin en la personne de Céline Stauder (merci @cstauder), m’a finalement permis de participer à la Scrum Night II dans les superbes locaux de Google, 38 avenue de l’Opéra.
J’ai choisi d’aller à l’atelier ‘Business Value Game’ qui a été créé par le trio Vera PeetersPascal Van Cauwenberghe et Portia Tung. Pour l’occasion, les deux équipes en compétition étaient encadrées par Jérôme Guenver (@jguenver) et Nicolas Laurent (in). On s’est bien amusé !

Visualisez d’autres présentations.

J’ai ensuite assisté à la conférence ‘Agile Démocratie’ de Bruno Paul (@bruno_paul). Je félicite le courage de Bruno qui n’a pas hésité à entrer dans la mêlée… le sujet n’est pas facile mais nous interpelle tous en tant que citoyen. Donc chapeau bas ! Quelques morceaux choisis :

  • Vous avez beau ne pas vous occuper de politique, la politique s’occupe de vous tout de même.
  • Où vais-je ? là où les pas de mes enfants me portent.
  • Désormais c’est demain qui détermine aujourd’hui.
  • L’Homme est un animal social… bien avant d’être un animal économique.
  • L’Agilité réintroduit des pratiques sociales totalement oubliées.
  • L’Agilité doit être la libération du Geek (quelqu’un d’initialement enfermé dans sa passion).
  • L’Agilité… l’opportunité d’une nouvelle Renaissance.
  • Bénéficier de l’Agilité en tant que Citoyen.
  • La Démocratie Agile, ce sont les pratiques agiles qui reviennent dans la société, une forme d’ingénierie sociale pour optimiser la Démocratie.
  • On résiste à des armes… jamais à des idées.
  • Pour déplacer des montagnes, il ne suffit pas d’une majorité mais d’une masse critique.
  • Manifeste pour le Développement Agile de la Démocratie (fr)

Voilà, c’était une super soirée. Je remercie une fois de plus les organisateurs du French Scrum User Group qui font un boulot incroyable. Au passage, p’tit bonjour à Aurélien Pelletier @toutantic que j’ai enfin pu rencontrer 😉

Feedbacks :

Projet de traduction du livre « Who Is Agile? »

Jean Lestang m’a rejoint sur le projet de traduction du livre Who Is Agile? de Yves Hanoulle. C’est l’occasion pour moi de le remercier et de le laisser se présenter : 

Technicien dans l’âme, toujours curieux, je suis devenu informaticien parce que je trouvais plus intéressant de faire faire à la machine ce que je n’avais pas envie de faire moi-même. Depuis 15 ans dans un grand groupe international, je vis maintenant de l’intérieur la transformation Agile de l’entreprise. 

A propos, j’ai ouvert un Trello pour coordonner nos actions de traduction. Si vous êtes intéressé, rejoignez-nous, on recherche des traducteurs.

Scrum Wine @ Bordeaux

Le Scrum Wine du 15 mai dernier s’est déroulé dans les locaux de SII, notre sponsor pour la soirée. La dream team était là au complet : Christophe Jourdannaud, Jérôme Levionnais, Etienne David, Adrien Sifre et Mélanie Mozas. Christophe nous a présenté SII sous la forme d’un Prune the Product Tree (adapté). Ça change des éternels slides… on sent bien l’influence « Innovation Games » apportée par Adrien 🙂

Philippe nous a ensuite tenu au courant des nombreuses actualités qui font tourner la planète agile, avant de lancer trois sessions en parallèle : 1°Scrum 59 par Adrien 2°Penny Game par Philippe et 3°Joli Tableau par moi-même.

Je ne vous parlerai donc que de Joli Tableau. Je remercie Alexandre Boutin de m’avoir permis de le jouer (suite au Scrum Day). Il s’agit d’un atelier orienté management visuel. J’ai eu deux équipes très motivées 😉

Itération n°1

Equipe A

Equipe B

Itération n°2

Equipe A

Equipe B

Ce que les équipes ont vu :

  • Une première itération de 15 minutes, c’est raide… ça crée de l’insatisfaction.
  • On peut avoir un matériel, un contexte projet et des exigences de management visuel identiques, on n’obtient quand même pas la même « représentation » de la situation.
  • Il suffit d’une variation dans l’espace de travail de l’équipe (un poteau, une surface plus petite, une table plus éloignée) et on peut avoir une « relation » différente avec le groupe et le tableau.
  • On voudrait bien avoir la solution au problème… c’est pas si simple en fait.
  • La prochaine fois, penser à bien « mixer » les équipes : l’équipe A était plutôt « gestion » et l’équipe B plutôt (carrément) « industriel ».

Le ROTI en forme de diagramme fun / value :

Je retiens que c’est un excellent atelier pour aborder le management visuel, et qui n’est pas réservé qu’aux informaticiens.

On a fini avec un apéritif grandiose, sur le thème Lalande de Pomerol.