L’Adversaire

Synopsis. Ce film de Nicole Garcia s’inspire du tragique destin de Jean-Claude Romand, un homme qui, un matin de janvier 1993, assassina sa femme, ses enfants et ses parents, et tenta en vain de se suicider. Responsable de ce quintuple meurtre, ce « médecin » criminel s’était inventé une vie de mensonges pendant près de vingt ans. Il s’agit d’un film sur le mensonge, un petit mensonge d’abord, puis de plus en plus gros, pour construire le mensonge de sa vie, … se mentir et mentir pour ne pas décevoir les autres, rien n’est moins sûr. Ce film pourrait également illustrer la lutte incessante contre cet adversaire qu’est le menteur en chacun de nous : il y a pire qu’être démasqué, c’est ne pas être démasqué.

Story@board

Story@board est un outil de facilitation visuelle du changement, co-créé par Olivier Piazza, Laurent Ryckelynck et Hélène Wintenberger. Story@board est un jeu de 100 images représentant des scènes de la vie de l’entreprise. Il est dessiné par Olivier Martin, lauréat du Silver Award, 4th International Manga Award. Il apporte aux professionnels du changement (coachs, consultants) un nouvel outil projectif et créatif pour faciliter l’accompagnement de leurs clients, individuel ou collectif. Il favorise autant la résolution d’une situation dysfonctionnelle présente que la projection dans un futur à faire émerger. Par son approche analogique et symbolique, story@board stimule de manière ludique les dimensions émotionnelles et intuitives des utilisateurs. Ce qui surprend le plus les premiers clients : sa souplesse d’utilisation.

Le discours d’un roi

Synopsis. D’après l’histoire vraie et méconnue du père de l’actuelle reine Elisabeth, qui va devenir, contraint et forcé, le roi George VI, suite à l’abdication de son frère Edouard VIII. D’apparence fragile, incapable de s’exprimer en public, considéré par certains comme inapte à la fonction, George VI tentera de surmonter son handicap grâce au soutien indéfectible de sa femme et d’affronter ses peurs avec l’aide d’un thérapeute du langage aux méthodes peu conventionnelles. Il devra vaincre son bégaiement pour assumer pleinement son rôle, et faire de son empire le premier rempart contre l’Allemagne nazie. Je remercie Stéphanie Feliculis de m’avoir parlé de ce magnifique film sur la parole et ses troubles, Le discours d’un roi de Tom Hooper. Les méthodes originales employées focalisent l’attention, allant du sport aux jurons en passant par l’utilisation de la musique. Le traitement est radical et s’inspire de l’amour que porte l’orthophoniste Lionel Logue au théâtre et à Shakespeare : « le patient devient acteur, la séance devient spectacle, humble et spontané, médicinal ».

Le Processus de Responsabilité

Hier, chez Coolworking, se tenait le Scrum Wine organisé par Philippe Launay dans le cadre du Scrum User Group Bordeaux. Philippe en a profité pour nous présenter le Processus de Responsabilité de Christopher Avery. Pour résumer, un processus inconscient se déclenche dès que quelque chose va mal, quelque soit la gravité, quelque soit notre caractère. C’est un processus mental subjectif et fugitif. C’est un processus qui peut être observé, développé, modélisé et expérimenté. Le processus est là pour vous rappeler les différentes étapes (DéniAccusation  Justification, Culpabilité, FuiteObligation) par lesquelles vous passez avant d’atteindre le niveau de Responsabilité. Les clés de la Responsabilité sont 1°l’Intention (de prendre la responsabilité), 2°la Conscience (de son état mental) et 3°la Confrontation (se regarder honnêtement en face). Ce processus est personnel. Ne forcez pas les gens à l’appliquer, cela se retournera contre vous. Philippe nous a ensuite proposé de 1°partager un cas vécu avec notre voisin respectif pour utiliser ce modèle et suggérer des actions responsables et 2°présenter le résultat au groupe. Et c’était super ! Je remercie Claire d’avoir binômé avec moi 🙂

Le Prophète

Quatrième de couverture : Après douze ans d’exil, son navire est enfin arrivé. La mer l’appelle. Bientôt, Almustafa reverra son île natale. Mais il ne quittera pas la cité d’Orphalèse sans dispenser à son peuple les enseignements de sa profonde sagesse. Chercheur d’absolu, il se fait poète et prophète, à l’heure du départ. Amour, mariage  liberté, travail, mort… « Ce qui bouge en nos âmes » n’a pas de secret pour lui, qui connaît les rêves du vent et le coeur de Dieu. Joignons-nous au peuple d’Orphalèse. Et tendons l’oreille…
Ce livre de Khalil Gibran, publié en 1923, m’a été offert par Pascale, une amie, pour la nouvelle année… et c’est magnifique ! Je ne résiste pas à vous livrer un extrait :

Les Enfants

[…]
Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles du désir de Vie.
Ils viennent par vous, mais non de vous,
Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne sont pas à vous.
Vous pouvez leur donner votre amour, mais pas vos pensées,
Car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez abriter leurs corps, mais pas leurs âmes,
Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer de leur ressembler, mais ne les obligez pas à vous ressembler.
Car la vie ne revient pas en arrière et ne s’attarde pas sur le passé.
Vous êtes les arcs qui propulsent vos enfants comme de vivantes flèches.
L’Archer voit la cible sur le chemin de l’infini, et Il vous courbe de toute Sa force afin que ses flèches partent vite et loin.
Laissez-vous tendre joyeusement dans la main de l’Archer,
Car Il aime autant la flèche qui fuse que l’arc qui demeure immobile.

Semmelweis

Quatrième de couverture : Et c’est vers la fin de ces deux années passées dans la chirurgie qu’il écrivit, avec cette pointe de hargne par laquelle se caractérise déjà sa plume impatiente : « Tout ce qui se fait ici me paraît bien inutile, les décès se succèdent avec simplicité. On continue à opérer, cependant, sans chercher à savoir vraiment pourquoi tel malade succombe plutôt qu’un autre dans des cas identiques. » Et parcourant ces lignes on peut dire que c’est fait ! Que son panthéisme est enterré. Qu’il entre en révolte, qu’il est sur le chemin de la lumière ! Rien désormais ne l’arrêtera plus. Il ne sait pas encore par quel côté il va entreprendre une réforme grandiose de cette chirurgie maudite, mais il est l’homme de cette mission, il le sent, et le plus fort est qu’un peu plus, c’était vrai. Après un brillant concours, il est nommé maître en chirurgie le 26 novembre 1846. C’est ce passage du livre La résilience de Boris Cyrulnik qui m’a donné envie de lire une biographie de Semmelweis : Jusqu’à la découverte en 1846 par Semmelweis, chirurgien et obstétricien hongrois, de la prophylaxie de l’accouchement, l’espérance de vie des femmes était de 36 ans ! Elles mouraient souvent en couches. Les hommes atteignaient de 50 à 60 ans. A cette époque, on pensait donc la vie de manière totalement différente… Après quelques recherches, j’ai trouvé ce livre de Louis-Ferdinand Céline, né Destouches. Docteur à 33 ans, il écrira une thèse sur le hongrois Philippe-Ignace Semmelweis, un génie bizarre, un martyr de la médecine qui vivra le drame d’avoir raison contre tout le monde… jusqu’à sa mort.

Le langage du changement

Quatrième de couverture : On pense et pense tout est relatif mes pensées pour les vôtres et les vôtres pour les miennes et ma chaise est ici et pour moi la vôtre est là parce que mon ici est ici est mon là est là et pour vous mon là est votre ici et votre là est mon ici juste comme pour le temps parce que le … Par ces élucubrations ampoulées et pseudo-logiques débitées à un patient sur un ton solennel, le Dr. Erickson cherche à provoquer chez lui un état de confusion intellectuelle : une technique, parmi d’autres, pour parvenir à bloquer l’activité de l’hémisphère gauche du cerveau. Pourquoi ? Parce que, si l’on admet que l’hémisphère gauche est celui du découpage rationnel et analytique, le droit est celui de la saisie globale, « poétique », figurative : c’est donc là que se constitue, pour un sujet, son image du monde, cette mosaïque qui s’élabore à partir de myriades d’expériences, de convictions, d’influences et d’interprétations. Or, selon Paul Watzlawick, tout changement thérapeutique est, en fait, un changement dans cette image. Quels sont les moyens concrets de ce changement ? C’est ce qui est examiné ici. Malgré la complexité du sujet, ce livre est très bien structuré et reste simple à lire. Les exemples donnés sur les pratiques de Milton Erickson sont croustillants. A partir du chapitre Le blocage de l’hémisphère gauche, ça devient passionnant, car l’auteur décrit une succession de méthodes : il est interdit d’interdire, prescrire le symptôme, le déplacement du symptôme, l’alternative illusoire, le recadrage, le langage d’injonction, parler le langage du patient, utiliser la résistance du patient, la technique de la préemption, … bref, à suivre avec d’autres lectures sur le sujet 🙂

EFT – Emotional Freedom Techniques

Ce soir, j’ai eu le plaisir de retrouver Pascale Machet au Rendez-Vous des Coachs, qu’elle organise tous les deuxièmes mercredi du mois à Bordeaux. Souvenez-vous, j’avais passé six jours passionnants avec Pascale & Mélanie lors de la formation coaching d’équipe à L’Atelier des Coachs. Le thème de la soirée était consacré à EFT (Emotional Freedom Techniques), la technique de libération émotionnelle fondée par Gary Craig. C’est Jocelyne Zocca, Master Coach Certifié et Praticienne EFT, qui nous a parlé de cette technique et fait une démonstration. EFT est une simplification de la Thérapie des Champs de Pensée (TFT – Thought Field Therapy) développée par le psychologue clinique Roger Callahan dans les années 80. EFT est un procédé d’acupuncture émotionnelle qui s’effectue par le truchement des méridiens du corps, tapotant légèrement (tapping), et du bout des doigts, une courte séries de points sur le visage, le haut du corps, et les mains, tout en gardant son attention fixée sur la souffrance physique ou l’émotion négative que l’on désire supprimer. Suivant la complexité du problème, on peut pratiquer plusieurs séances de tapping, on parle de rondes de tapping. Pendant la démonstration, j’ai bien aimé la façon dont Jocelyne utilisait le questionnement pour ensuite utilisez les propres mots du coaché dans sa ronde. Je finis avec cette jolie phrase de Jocelyne : « EFT ne change pas la réalité des choses : ce souvenir a perdu le pouvoir de me faire mal ». Au passage, un petit coucou à Karine qui était également présente 🙂 

Le Coach

Synopsis. Maximilien Chêne est un coach renommé qui accumule les succès professionnels. Mais c’est aussi un joueur invétéré qui a des dettes colossales. A bout de patience, sa femme le quitte. Pris à la gorge par ses créanciers, Chêne accepte un contrat qui peut le sauver : coacher à son insu Patrick Marmignon, un directeur très singulier qui semble être le pire coaché imaginable.
J’ai connu ce film, Le Coach de Olivier Doran, grâce à Stéphane Seiracq, que je remercie sincèrement. On trouve de tout, en commençant par des antipatterns du coaching. Phrase culte au début du film : ça chatouille l’éthique !