Une histoire d’oies (leçon de travail en équipe)

Si vous voyez des oies qui volent en formation en « V », demandez-vous comment les scientifiques expliquent pourquoi elles volent de cette façon. Lorsque chaque oiseau bat des ailes, il crée un phénomène d’aspiration pour l’oiseau qui suit immédiatement. En volant en « V », le groupe augmente d’au moins 71% son autonomie de vol par rapport au vol d’un oiseau seul. Les gens qui partagent une direction commune et un esprit communautaire peuvent arriver plus vite et plus facilement à destination parce qu’ils voyagent grâce à la poussée des uns et des autres.
Quand une oie quitte la formation, elle ressent soudain la résistance de l’air et la difficulté à voler seule. Elle essaye rapidement de rejoindre la formation pour à nouveau bénéficier de l’aspiration de l’oiseau de devant. Si nous avons la même sensibilité que les oies, nous resterons en formation avec ceux qui avancent dans le même sens.
Quand l’oie de tête est fatiguée, elle retourne dans la formation et une autre oie prend la tête. Il est judicieux d’assurer à tour de rôle ce travail exigeant, que ce soit avec des personnes ou avec des oies volant vers le sud. Les oies qui sont derrière « klaxonnent » pour encourager celles qui son devant pour maintenir leur vitesse.
Quels messages voulons nous donner quand nous klaxonnons derrière ? Enfin, et c’est important, quand une oie tombe malade ou est blessée, et qu’elle doit quitter la formation, deux autres oies quittent le groupe et la suivent pour l’aider et la protéger. Elles restent jusqu’à ce qu’elle soit capable de voler ou jusqu’à ce qu’elle meurt, et alors seulement, elles retournent à leur groupe, ou avec une autre formation pour rattraper leur groupe.
Si nous avons le même état d’esprit que les oies, nous nous respecterons les uns les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *