Archives de catégorie : Livre

Petit guide Lean à l’usage des Managers

Petit guide Lean à l'usage des managersQuatrième de couverture. « Le Lean ? Rien que du bon sens. D’ailleurs il y a longtemps qu’on en fait sans utiliser le mot ». « Le Lean, c’est faire toujours plus avec moins. C’est plus de stress pour tout le monde ». Dans un monde en crise permanente, où le changement devient la norme, le Lean devient à la mode. C’est plutôt amusant, pour une démarche qui a plus de soixante ans… Mais c’est aussi l’occasion d’entendre beaucoup d’idées reçues à son propos. Tantôt il est paré de toutes les vertus, et vendu comme une baguette magique prête à l’emploi, tantôt on l’accuse de tous les maux, coupable de se mettre au service d’intérêts financiers à très court terme. Et pourtant, les entreprises qui ont choisi de se transformer en profondeur en suivant les principes Lean et en investissant d’abord sur les femmes et les hommes ont globalement et sur le long terme des résultats économiques meilleurs. Mais devenir Lean, c’est autre chose que de faire (ou pire, de faire faire !) du Lean. Ce livre, écrit par Cécile Roche, avec des concepts simples et illustrés de nombreux exemples analyse les principales idées reçues sur le Lean, en prenant à chaque fois le point de vue des managers et celui des opérationnels concernés. Il éclaire le point de vue des différents experts sur le sujet, sans les opposer mais en montrant les complémentarités de toutes ces approches. C’est un guide simple et complet pour comprendre le Lean en tant que démarche, au-delà de l’usage des outils les plus connus, ou les plus mystérieux, affublés d’acronymes pas toujours bien compris ou de noms japonais (le 5S, le VSM, le Kaizen…).

Coaching Agile, la traduction

couverture-finale-coaching-agile

Cette traduction du livre « Agile Coaching » de Rachel Davies et Liz Sedley, n’aurait pas été possible sans le soutien constant de la communauté agile, en particulier mon mentor bordelais Philippe Launay ainsi que mes pairs de la Fédération Agile. Cette traduction a débuté le 17 juillet 2010 et m’a accompagné jusqu’au 10 mars 2014, une belle tranche de vie agile, une aventure pleine de rebondissements. Je n’oublie pas les relecteurs de la première heure et je remercie donc sincèrement Guillaume Vincent, Ivan Salam et Antoine Vernois, s’ils n’avaient pas été là au début, j’aurais peut-être baissé les bras. Enfin, comment ne pas remercier toute l’équipe Ayeba qui a donné de son temps pour la relecture, travail ingrat mais d’une valeur inestimable pour le traducteur : Isabel Monville pour sa préface, autrement dit celle qui donne des clés de lecture, Alexis Monville pour sa foi en moi et son énergie incroyable à transformer un rêve en réalité, Nicolas Brunot pour ses constantes propositions d’amélioration de la traduction, Guillaume Commagnac pour toute la communication et l’image, Fabien Cauchi pour son regard bienveillant, sans oublier Stéphanie, Alix, Ilona, Jade, Emma, Georges et Michel.

Disponible sur : Leanpub et Lulu

L’approche narrative collective

l_approche_narrative_collectiveQuatrième de couverture. « L’approche narrative collective » paraît ici dans une nouvelle édition dont la traduction a été entièrement revue. Cet ouvrage d’une incroyable richesse, ouvre d’immenses possibilités pour tous les praticiens de la relation d’aide : travailleurs sociaux, thérapeutes, coachs, etc. En proposant des outils simples et concrets, les pratiques narratives collectives permettent aux communautés de développer leurs propres ressources, savoirs, compétences et récits pour surmonter les problèmes socialement déterminés et construits. David Denborough propose ici un véritable changement de paradigme dans la thérapie sociale. Cet ouvrage fait autorité en Australie et dans la communauté internationale. Il est incontournable pour tous ceux qui s’intéressent à l’approche narrative et aux idées post-structuralistes. Traduction de Catherine Mengelle sous la direction éditoriale de La Fabrique Narrative. Pour le commander : lulu.com

Ne me dites plus jamais bon courage !

Quatrième de couverture. Vous en avez marre d’être rabat-joie, de penser triste, vivre triste, vous habiller triste ? Alors, arrêtez de parler triste ! La vie est belle, mais elle est courte. Chaque instant mérite d’être vécu intensément et apprécié à sa juste mesure. C’est possible, et il était temps de le rappeler. Découvrez dans ce « petit » lexique les douze expressions qui vous pourrissent la vie au quotidien sans même vous en rendre compte, et apprenez à vous en débarrasser au plus vite. Cela fera du bien à tout le monde, et permettra à la Sécurité Sociale d’économiser des milliards d’euros en antidépresseurs. Mais surtout, cela libérera votre énergie et vous redonnera envie de l’avenir, infiniment plus excitant que vous ne le pensez. De refaire des projets, de rêver grand, de ne plus vous accrocher à un passé révolu. Avoir peur de tout ne sert à rien, ni à personne. Alors mettez à jour votre logiciel personnel et rejoignez le camp des optimistes et des enthousiastes ! Vous le verrez, le bonheur est contagieux et il est à portée de mots… 
Un lexique anti-déprime à usage immédiat des français, écrit par Philippe Bloch, qui déconstruit ces douze expressions :
  1. Bon courage ! résignation vs. projet
  2. Un « petit café » et une « petite cigarette » ; médiocrité vs. ambition
  3. Le problème, c’est que… ; défaitisme vs. confiance
  4. Pourvu qu’il ne m’arrive rien ; peur vs. audace
  5. Ce sera tout ? indifférence vs. empathie
  6. Vivement la retraite ; souffrance vs. plaisir
  7. Il est bien gentil ; méchanceté vs. générosité
  8. Ca ne marchera jamais ; pessimisme vs. optimisme
  9. Dans ce pays ; dénigrement vs. fierté d’appartenance
  10. A l’étranger ; xénophobie vs. ouverture
  11. C’était mieux avant ; lâcheté vs. courage
  12. On a toujours fait comme ça ; routine vs. renaissance

Transformer son blog de voyage en livre

Je cherchais une idée de cadeau de Noël pour ma femme et ma fille aînée et j’ai eu le déclic lors de la remise des trophées à l’issue du PitchAqui! des Destinées Numériques 2013 : 8 startups bordelaises avaient 3 minutes pour convaincre un public de professionnels : BlookUp a reçu le trophée du public. Il s’agit d’une plateforme qui permet de transformer votre vie digitale en livre… pile ce qu’il me fallait pour célébrer une seconde fois notre voyage à Kyôto en avril 2012. Il m’a suffi de quelques clics pour donner l’url de ce blog, un tag, la période de publication, de customiser le modèle de la couverture et de 4ème de couverture, de générer le bon à tirer au format pdf puis de commander le livre imprimé et relié, et hop, cadeau 😉

La Vague

Quatrième de couverture. Pour faire comprendre les mécanismes du nazisme à ses élèves, Ben Ross, professeur d’histoire, crée un mouvement expérimental au slogan fort : « La Force par la Discipline, la Force par la Communauté, la Force par l’Action ». En l’espace de quelques jours, l’atmosphère du paisible lycée californien se transforme en microcosme totalitaire : avec une docilité effrayante, les élèves abandonnent leur libre arbitre pour répondre aux ordres de leur nouveau leader. Quel choc pourra être assez violent pour réveiller leurs consciences et mettre fin à la démonstration ? Ce livre a donné un film transposé dans un lycée allemand.

Alerte sur la banquise !

Quatrième de couverture. Il était une fois une colonie de pingouins qui vivait depuis des années sur le même iceberg et n’avait aucune raison d’en changer… Un beau jour, Fred, un pingouin un peu plus curieux que les autres, découvre que la banquise est en train de fondre et risque de se briser. Après moults hésitations, il décide de faire part de ses inquiétudes à Alice, l’un des membres du Conseil des dix. La suite de l’histoire rend compte de leurs questionnements et de leurs efforts pour convaincre les autres membres du Conseil de l’imminence du danger et de la nécessité de modifier les habitudes de la tribu. Doit-on croire Fred ? Doit-on mettre au courant le reste de la colonie au risque de provoquer un mouvement de panique ? Quelles sont les solutions envisageables ? Les héros de cette fable – Louis (le Chef du clan), Chouchou (le favori de ces dames), NonNon (l' »ancien » qui dit toujours non) ou le Professeur (l' »intello ») – nous parlent de résistance au changement et d’actions héroïques, d’obstacles apparemment insurmontables et de tactiques pour les déjouer. Nourrie des travaux de recherches de John Kotter, professeur à Harvard et spécialiste de la conduite de changement dans les organisations, cette fable a déjà aidé des milliers de personnes et d’entreprises grâce au modèle de changement en huit étapes qu’elle met en scène. Alerte sur la banquise ! est une histoire à mettre entre toutes les mains : avec humour et perspicacité, elle en dit long sur nos résistances au changement et constitue un guide de réflexion à l’heure où de grands bouleversements s’annoncent dans notre monde contemporain. Je remercie Nicolas de m’avoir conseillé la lecture de ce livre.

Leçons de vie

Quatrième de couverture. À l’occasion d’un dialogue avec son disciple et successeur David Kessler, Elisabeth Kübler-Ross approfondit quelques thèmes essentiels qui lui sont chers. Au cours de cet échange, les auteurs confient tour à tour leurs expériences scientifiques, personnelles et spirituelles, et révèlent ainsi le sens de nos désirs, de nos peurs et de nos espoirs. L’occasion d’énoncer autant de leçons de vie à assimiler au cours de l’existence sur l’authenticité, l’amour, le deuil, le pouvoir, la culpabilité, la peur, le pardon ou encore le bonheur. Cet ouvrage lumineux, véritable testament spirituel d’Elisabeth Kübler-Ross, ne parle ni de la mort ni des mourants, mais bien de la vie, car  » la vie est un accomplissement et la mort est le terme de cet accomplissement « .

En Amazonie: infiltré dans le « meilleur des mondes »

Jean-Baptiste Malet raconte : « Je me demandais ce qui se passait avec les libraires indépendants qui disparaissent petit à petit. J’ai voulu enquêter de manière classique sur Amazon. Mais j’ai vite constaté que les employés refusaient de parler à un journaliste […] Alors, ça s’est imposé à moi, je me suis infiltré. » C’est ainsi que pour la première fois en France, un journaliste décide d’infiltrer un entrepôt logistique du géant du commerce en ligne. Profitant de la proximité des fêtes de Noël 2012, période propice à l’embauche de milliers d’intérimaires, il intègre l’équipe de nuit. Bienvenue dans le pire du « meilleur des mondes », celui qui réinvente le stakhanovisme et la délation sympathiques, avec tutoiement. Plus de quarante-deux heures nocturnes par semaine, en période de pointe. Jean-Baptiste Malet nous entraîne de l’autre côté de l’écran, une fois la commande validée : « En choisissant d’acheter ses livres chez Amazon, le lecteur fait le choix, conscient ou inconscient, de tirer un trait sur le rôle précieux que joue la librairie comme lieu de convivialité, de partage, de découverte, de mixité et de rencontre. Mais aussi sur les emplois de libraires qualifiés que génère cette activité commerciale de proximité. » « Work hard / Have fun / Make history » est la devise d’Amazon. « C’est assez effrayant, et c’est très idéologique. Il y a ce double discours qui est que non seulement c’est dur mais que en plus on s’éclate, on s’amuse. Amazon organise minutieusement une convivialité artificielle », explique Jean-Baptiste Malet. D’après Jade Aimetti.

Accueillir la mort

Quatrième de couverture. Ce livre prend la forme d’un dialogue entre Elisabeth Kübler-Ross, pionnière de l’accompagnement des mourants, les familles et le personnel soignant qui se trouvent confrontés aux derniers moments de leurs proches ou de leurs patients. Mais ce livre est bien plus. En répondant aux questions que nous nous posons tous sur la fin de vie, il propose un itinéraire pour comprendre les cinq phases du mourir et apprivoiser la mort dans de petits gestes et de grandes réconciliations au quotidien. Accueillir la mort en confiance, dans l’accomplissement et non dans la frustration, tel est le message d’espoir de cet ouvrage qui respire la joie de vivre.
Un beau livre qui nous rappelle que « […] ce sont les malades mourants qui nous apprennent les vraies valeurs de la vie. Si nous parvenions à la phase d’acceptation dès notre plus jeune âge, nous pourrions mener une existence plus riche de sens, apprécier les petites choses de la vie et établir des priorités différentes. »