Archives de catégorie : Whisky

Benromach 2002 Peat Smoke 46%

Benromach 2002 Peat Smoke 46%La dégustation de whisky improvisée qui a suivi la première journée du ScrumDay avec les organisateurs et une partie des intervenants de la CoachClinic, m’a permis de contempler un Bruno et un Claude conter fleurette à un Bowmore 12 ans 40%… deux fois de suite, donc 80% 🙂 Du coup, je me suis rappelé qu’il y avait un bout de temps que je n’avais pas blogué sur le sujet. Ca tombe bien, je suis tout récemment passé voir mon caviste préféré, Mr Benamou, à La Tranche sur Mer, et le poète m’a inspiré quelques ver(re)s pour ce Benromach 2002 Peat Smoke 46%. Ce Speyside Single Malt Scotch Whisky a été distillé en 2002 dans la distillerie Benromach près de Forres, vieilli en ex-fûts américains de Bourbon recyclés (Refill American Hogsheads) et embouteillé en 2011 (Small Batch n°5) par les propriétaires Gordon & Macphail.  L’orge a été maltée à hauteur de 35 ppm de phénols. Vous apercevez sur la photo le packaging en tube de métal. Si je traduis les propos de Keith Cruickshank, directeur de la distillerie depuis plus 15 ans : « Sans manquer de respect à Islay nous ne voulions pas produire un grand whisky tourbé du style Islay. Nous voulions quelque chose avec la force des phénols, mais qui conserve en même temps la douceur et le piquant du malt. L’idée était de créer un whisky tourbé qui rende hommage aux Highlands et à la côte ouest, mais qui reste unique ici.  » A la dégustation, le whisky est discrètement tourbé, boisé, épicé et fruité… Mais je vous laisse arpenter le chemin pour faire sa rencontre 🙂

Rétrospective du Whisky Live Paris 2012

J’arrive samedi en fin de matinée à Paris pour retrouver Anna, Natalya, Fabrice et Nicolas, au restaurant Le Reminet, rue des Grands Degrés dans le 5e. J’en profite pour prendre quelques photos des quais d’où l’on peut contempler Notre Dame.

Nous passons à table, c’est un régal : langoustines accompagnées d’un Riesling, ris de veau rôti accompagnée d’un Sancerre blanc, crémeux à la fève en dessert et café pour finir… une excellente adresse !
Nous sommes prêts pour nous rendre au Whisky Live hébergé cette année par la Maison de la Mutualité, rue Saint-Victor.
Passage devant le stand Talisker où Julian Hutchings officie (allez le voir, allez lui parler).

Arrêt au stand Ardbeg pour découvrir le nouveau-né Ardbeg Galileo 49% en édition limitée (5000 bouteilles), distillé en 1999, mis en bouteille en 2012, non filtré à froid et vieilli en fûts de marsala puis de bourbon.

Nous enchaînons sur le stand Nikka pour déguster le Taketsuru 21 ans 43%. Ce pure malt est élaboré à partir des célèbres single malt Yoichi et Miyagikyo.
A côté, Nicolas retrouve Yuko Nonaka, ambassadrice de la marque Suntory qu’il connaît très bien, et qui tient le stand Hakushu.

Le temps de repérer que la distillerie Hakushu se trouve sur un site de 5 hectares dans les alpes japonaises (idée pour le prochain voyage au Japon ?) et nous découvrons deux inconnus : les single malt Hakushu Sherry Cask et Hakushu Heavily Peated.

Nous nous éloignons un peu pour retrouver Olivier Taque qui nous fait déguster deux Glen Garioch.


Nous rejoignons ensuite l’espace VIP où je retrouve Thomas, Pierre et Patrick.

Attention, c’est parti pour une petite descente en rappel sans mousqueton de rechange :

  • Karuizawa 62,1% distillé en 1983, embouteillé en 2012
  • Capernodich « Part des Anges » 58,5% distillé en 1992, embouteillé en 2012
  • Ben Nevis 50,8% distillé en 1966, embouteillé en 2012
  • Deanston « The Whisky Agency » 40,4% distillé en 1977, embouteillé en 2012
  • Glen Keith 55,5% distillé en 1995, embouteillé en 2012
  • Tomatin « The Clan Denny » 51,9% distillé en 1967, embouteillé en 2011
  • Mackmyra Urberg 55,6%
  • Highland Park 54,6%, distillé en 1989, embouteillé en 2012
  • Evolution 2012 45%, pure malt de la maison Samaroli

Jai réussi à prendre une photo du célèbre Jean-Marc Bellier de la Maison du Whisky, qui affectionnait sur le moment le Dalmore 1990 Vintage 51,8%.

Nous avons finalement touché le sol, mais pas indemnes ! Direction la zone à cocktails pour discutailler chez l’Antiquaire autour d’un Hendrick’s Hot Gin Punch. Puis, pendant que les autres sont attirés par les vapeurs de rhum, j’en profite pour aller retrouver le couple Arisa Suda et Jean-Jacques Bacci qui a créé la société Midorinoshima basée à Porto-Vecchio et qui distribue notamment différents types de saké japonais. J’ai dégusté un Yuzushu 12,5% et un Tomino Houzan 25%.

Voilà, cette grosse journée se terminera vers 21h dans un restaurant pakistanais. Cette année, je n’enchaînerai pas sur la deuxième journée du Whisky Live, j’avais des amis à voir. A l’année prochaine ! en principe les 21 et 22 septembre 2013.

Yellow Spot Single Pot Still Irish Whiskey

Ce whiskey irlandais de 12 ans est fabriqué à partir d’orge maltée et non maltée, issu d’une triple distillation dans un alambic charentais (un « pot still » en anglais) d’une distillerie unique (d’où le « single pot still »), celle de Midleton. Il a vieilli dans trois types de fûts de chênes : bourbon, sherry et malaga. Il passera très bien avec une tarte aux mirabelles 🙂

Notez bien que l’appellation « single malt » réfère à un whisky fabriqué uniquement à partir d’orge maltée et généralement issu d’une double distillation.

Pierres à whisky

Ces pierres ollaires sont parfaites pour abaisser la température de votre boisson préférée. Il suffit de mettre 2 à 4 pierres dans votre verre et de verser votre breuvage directement dessus, comme avec des glaçons traditionnels selon la méthode classique dite « On the Rocks », littéralement « sur la glace ». Votre boisson sera rafraîchie de 5 à 10 °C. Vous pourrez donc vous faire plaisir car, sans dilution d’eau, vous pourrez bénéficier au maximum du nez, de la bouche et de la finale de votre whisky.