Archives par mot-clé : Film

Intouchables

Synopsis. La relation entre deux hommes issus de milieux différents : l’un, d’origine sénégalaise, vivant en banlieue parisienne, qui vient de purger une peine de six mois de prison et l’autre, riche tétraplégique, qui a engagé le premier venu comme auxiliaire de vie bien qu’il n’ait aucune formation particulière… Un film français réalisé par Olivier Nakache et Éric Toledano.

Augustine

Synopsis. En 1885, Augustine, jeune fille atteinte d’hystérie, rencontre le professeur Jean-Martin Charcot qui démontre devant l’Académie de Médecine que l’hypnose permet d’en déclencher tous les symptômes. Elle lui permet de constater que des traumatismes émotionnels sont, au moins en partie, responsables de l’installation de la maladie. Il montre aussi que les symptômes nerveux dont Augustine est le siège ont une valeur particulière qui ne peut se ramener à des lésions anatomiques précises. La réalisatrice-scénariste Alice Winocour précise qu’à l’origine du film, il y a une image, le tableau d’André Brouillet « Le Docteur Charcot à la Salpêtrière » qui représente des hommes habillés en costume trois pièces regardant une femme comme un animal traqué : « Je trouvais qu’il y avait quelque chose de très violent dans cette situation ; des hommes habillés et une femme presque livrée en pâture. Cette atmosphère sulfureuse de la Salpêtrière, ce mélange du côté médical et l’érotisme latent derrière l’alibi médical m’a fascinée. »

La Couleur des Sentiments

Synopsis. Dans la petite ville de Jackson, Mississippi, durant les années 60, trois femmes que tout devait opposer vont nouer une incroyable amitié. Elles sont liées par un projet secret qui les met toutes en danger, l’écriture d’un livre qui remet en cause les conventions sociales les plus sensibles de leur époque. De cette alliance improbable va naître une solidarité extraordinaire. À travers leur engagement, chacune va trouver le courage de bouleverser l’ordre établi, et d’affronter tous les habitants de la ville qui refusent le vent du changement… Un roman (titre original : The Help) de Kathryn Stockett  adapté au cinéma en 2011 par Tate Taylor.

Un jour sans fin

Synopsis. Phil Connors, présentateur météo grincheux et arrogant, doit tourner un reportage sur Ia fête traditionnelle de la petite ville de Punxsutawney célébrant le réveil printanier de la marmotte. II est d’humeur exécrable et compte bien repartir Ie soir même. Mais lorsqu’il se réveille le lendemain, il découvre avec stupeur que la date n’a pas changé et qu’il est condamné à revivre un par un les événements de la veille. Les jours passent, tous des 2 février. Connors se voit dès lors obligé de faire face à la répétition infinie du Jour de la marmotte. Ce film drôle et intelligent de Harold Ramis est sorti en 1993. Le héros, joué par l’irrésistible Bill Murray, est bloqué dans le temps. Il explore le monde des possibilités alternatives, avant de comprendre dans quel monde possible il choisit de vivre. En fait, il parvient à réécrire l’histoire de sa journée idéale en collant bout-à-bout les rushes réussis de ses différentes journées précédentes, non sans avoir au passage développé sa curiosité et sa considération des « autres », et finalement donné un sens à sa vie. Un excellent exemple qui illustre les allers-retours entre le champ de l’expérience et le paysage de l’identité. J’en profite pour adresser un petit bonjour à mon groupe de pratiques narratives.

Cherry Blossoms, un rêve japonais

Synopsis. Employé de bureau modèle dans une usine de traitement des déchets, Rudi ne ressent nullement le besoin d’échapper à une vie casanière, rythmée par une chronologie invariable. Pourquoi exaucerait-il le vœu de son épouse, Trudi, qui lui propose de partir en voyage vers la destination de ses rêves, le mont Fuji ? Le sexagénaire, visage austère et émotion rarement trahie, ne se sait pas atteint d’une maladie incurable. Il ignore tout autant que le médecin a conseillé à sa femme d’agrémenter ses derniers jours par quelques plaisirs dont il n’a ni l’habitude ni le goût. S’il consent à se rendre à Berlin chez ses enfants puis à séjourner au bord de la mer Baltique, il ne change en rien son comportement de mari mutique et de père avare de sentiments. Jusqu’à ce triste matin où il découvre son épouse morte dans son lit… Un très beau film de Doris Dörrie sur le deuil et les liens familiaux, où le mari parviendra à entrer en communion, par le corps et l’esprit, avec son épouse tant aimée. En prime, de belles images du Hanami tokyoïte, un pèlerinage au Fuji San et la découverte de la danse du butoh avec Tadashi Endo.

L’Adversaire

Synopsis. Ce film de Nicole Garcia s’inspire du tragique destin de Jean-Claude Romand, un homme qui, un matin de janvier 1993, assassina sa femme, ses enfants et ses parents, et tenta en vain de se suicider. Responsable de ce quintuple meurtre, ce « médecin » criminel s’était inventé une vie de mensonges pendant près de vingt ans. Il s’agit d’un film sur le mensonge, un petit mensonge d’abord, puis de plus en plus gros, pour construire le mensonge de sa vie, … se mentir et mentir pour ne pas décevoir les autres, rien n’est moins sûr. Ce film pourrait également illustrer la lutte incessante contre cet adversaire qu’est le menteur en chacun de nous : il y a pire qu’être démasqué, c’est ne pas être démasqué.

Le discours d’un roi

Synopsis. D’après l’histoire vraie et méconnue du père de l’actuelle reine Elisabeth, qui va devenir, contraint et forcé, le roi George VI, suite à l’abdication de son frère Edouard VIII. D’apparence fragile, incapable de s’exprimer en public, considéré par certains comme inapte à la fonction, George VI tentera de surmonter son handicap grâce au soutien indéfectible de sa femme et d’affronter ses peurs avec l’aide d’un thérapeute du langage aux méthodes peu conventionnelles. Il devra vaincre son bégaiement pour assumer pleinement son rôle, et faire de son empire le premier rempart contre l’Allemagne nazie. Je remercie Stéphanie Feliculis de m’avoir parlé de ce magnifique film sur la parole et ses troubles, Le discours d’un roi de Tom Hooper. Les méthodes originales employées focalisent l’attention, allant du sport aux jurons en passant par l’utilisation de la musique. Le traitement est radical et s’inspire de l’amour que porte l’orthophoniste Lionel Logue au théâtre et à Shakespeare : « le patient devient acteur, la séance devient spectacle, humble et spontané, médicinal ».

Le Coach

Synopsis. Maximilien Chêne est un coach renommé qui accumule les succès professionnels. Mais c’est aussi un joueur invétéré qui a des dettes colossales. A bout de patience, sa femme le quitte. Pris à la gorge par ses créanciers, Chêne accepte un contrat qui peut le sauver : coacher à son insu Patrick Marmignon, un directeur très singulier qui semble être le pire coaché imaginable.
J’ai connu ce film, Le Coach de Olivier Doran, grâce à Stéphane Seiracq, que je remercie sincèrement. On trouve de tout, en commençant par des antipatterns du coaching. Phrase culte au début du film : ça chatouille l’éthique !

La Vague (Die Welle)

La Vague (Die Welle) est un film allemand réalisé par Dennis Gansel en 2008 et très librement inspiré de « La Troisième Vague », étude expérimentale d’un régime autocratique, menée par le professeur d’histoire Ron Jones avec des élèves de première du lycée Cubberley à Palo Alto (Californie) pendant la première semaine d’avril 1967. Le film commence avec une mise en situation maîtrisée et finit en expérience incontrôlable… ou comment l’esprit communautaire et la discipline peuvent se transformer en idéologie obligatoire, hors de laquelle tout citoyen est considéré comme ennemi de la communauté. Je remercie Patxi de m’en avoir parlé 🙂

La colline aux coquelicots

Synopsis. Umi est une jeune lycéenne qui vit dans une vieille bâtisse perchée au sommet d’une colline surplombant le port de Yokohama. Chaque matin, depuis que son père a disparu en mer, elle hisse face à la baie deux pavillons, comme un message lancé à l’horizon. Au lycée, quelqu’un a même écrit un article sur cet émouvant signal dans le journal du campus. C’est peut-être l’intrépide Shun, le séduisant jeune homme qu’Umi n’a pas manqué de remarquer… Attirés l’un par l’autre, les deux jeunes gens vont partager de plus en plus d’activités, de la sauvegarde du vieux foyer jusqu’à la rédaction du journal. Pourtant, leur relation va prendre un tour inattendu avec la découverte d’un secret qui entoure leur naissance et semble les lier… Dans un Japon des années 60, entre tradition et modernité, à l’aube d’une nouvelle ère, Umi et Shun vont se découvrir et partager une émouvante histoire d’amitié, d’amour et d’espoir. Film d’animation japonais du studio Ghibli réalisé par Gorō Miyazaki